More

    Un spray nasal anti-coronavirus ?

    Pour infecter son hôte, le virus SARS-CoV-2 s’attache par sa poteine S au récépteur ACE2 présent à la surface des cellules des voies respiratoires.

    Des chercheurs français du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) ont décidé d’explorer cette voie pour créer un spray nasal capable de prévenir l’infection par le Sars-CoV-2.

    En se basant sur la structure tridimensionnelle de la protéine ACE2 humaine, ils ont mis au point des petites protéines (peptides) qui se fixent à la proteine S du Sars-CoV-2. Ce dernier se retrouve ainsi piégé et ne peut plus se lier aux récepteurs ACE2 des cellules humaines.

    Le cœur de ces peptides est identique à une séquence de quatre acides aminés du récepteur ACE2. Autour de ce cœur ont été rajouté des acides-aminés pour stabiliser la protéine et améliorer son affinité pour la protéine S.

    Les expériences, qui ont été réalisée sur des cellules mises au contact du virus, ont permis aussi de calculer la dose médiane inhibitrice qui se situe aux alentours des 85 nmol/l. Cela signifie qu’une dose très faible de peptide est capable d’inhiber 50 % de l’infection virale.

    C’est sans doute pour cette raison qu’aucune toxicité cellulaire n’a été rapportée lors de ces tests.

    Développer un vaccin ou un médicament contre le coronavirus est une entreprise de longue haleine qui est soumise à de nombreux contrôles pour s’assurer de son innocuité et de son efficacité.

    Ce travail n’en est qu’à ses débuts mais les scientifiques l’imaginent déjà sous la forme d’un spray ou d’une pastille comme alternative à la vaccination.

    Source :

    bioRxiv

    CNRS

    Latest articles

    Related articles

    Leave a reply

    Please enter your comment!
    Please enter your name here