More

    Covid-19 Deuxième année : son évolution en 2021

    Mutation du virus ?

    C’est la grande peur des scientifiques : une mutation du virus qui rendrait le vaccin inefficace ou plus dangereux. L’apparition récente en Angleterre d’une nouvelle variante du virus, qui est jusqu’à 70% plus transmissible, s’est traduite par un confinement général dans le pays en décembre. Cependant, jusqu’à présent, ces mutations sont trop petites pour affecter l’efficacité du vaccin. Néanmoins, le risque est élevé : plus de 300.000 mutations du Sars-CoV-2 ont été séquencées dans le monde. Plus le virus se propage, plus il est susceptible de muter pour s’adapter à son hôte.

    Pas assez pour paniquer les fabricants de vaccins. « Nous pouvons livrer un nouveau vaccin en six semaines », déclare le dirigeant de BioNTech, le laboratoire allemand, avec Pfizer, à l’origine du premier vaccin contre le Covid-19. La technologie du vaccin à ARN messager a, en effet, bouleversé l’industrie avec un développement en un temps record et une efficacité inégalée par rapport aux vaccins conventionnels.

    Des traitements plus efficaces ?

    Plus d’un an après le début de la pandémie de Covid-19 et selon le site Covid-nma, animé par Cochrane France, il n’existe toujours pas de médicament vraiment efficace pour lutter contre cette infection malgré les 2358 essais cliniques en cours. Les médicaments antiviraux (remdesivir, lopinavir, interféron bêta et hydroxychloroquine) testés lors de l’essai Solidarity dirigé par l’OMS se sont révélés inefficaces.

    Il n’y a plus de nouvelles du fameux médicament miracle de l’Institut Pasteur. Regeneron, le cocktail d’anticorps administré à Donald Trump, a montré une certaine efficacité pour les patients hospitalisés sous oxygène. La piste de la vitamine D a également été présentée.

    Début septembre, le directeur général de l’IFPMA (Fédération internationale des producteurs et des organisations pharmaceutiques), Thomas Cueni, a assuré : « Il n’y aura pas de remède miracle, nous aurons besoin de différents traitements, ciblant différents types de groupes de patients et à différents stades de progression de la maladie. »

    Quelle dynamique pour la pandémie ?

    De nombreux modèles épidémiologiques ont été développés pour prédire le développement de l’épidémie, mais le nombre de paramètres est si élevé (respect des mesures barrières, taux de reproduction efficace, formation de clusters, part des asymptomatiques…) que tout s’est avéré assez inefficace.

    Novembre dernier, Catherine Smallwood, responsable des situations d’urgence à l’OMS-Europe prévenait : « Ce virus sera toujours avec nous.» Les deux hypothèses dominantes sont l’éradication du virus par vaccination ou immunité collective, voire la banalisation du virus, qui deviendrait endémique comme celles du rhume.

    Source :

    Covid-nma

    Photo de cottonbro

    Latest articles

    Virus dans nos intestins !

    Le microbiote intestinal est largement connu et étudié pour ses bactéries et leurs effets sur notre santé. Ce dernier se compose également...

    Une future stratégie thérapeutique pour l’épilepsie

    Des scientifiques de l'Université de Tohoku et leurs collègues allemands ont révélé que l'exposition initiale à une courte période d'hyperactivité cérébrale avait...

    Des robots 3D à détection structurelle pour gérer les tâches de soins de santé

    Des robots capables d'assumer des tâches de soins de santé de base pour soutenir le travail des médecins et des infirmières pourraient...

    Nanobowls : diagnostic et traitement de la maladie d’Alzheimer

    Les scientifiques sont encore loin de la possibilité de traiter la maladie d'Alzheimer, en partie parce que les agrégats de protéines qui...

    Related articles

    Leave a reply

    Please enter your comment!
    Please enter your name here